Rate this post

Pour sa propre sécurité, celle des passagers ou celle des autres usagers de la route, un conducteur doit faire preuve de beaucoup de maîtrise mais aussi de prudence. Il arrive cependant, malgré toute la vigilance et la conduite exemplaire de ce dernier, que des accidents se produisent. Pour faire face aux conséquences de ces risques routiers, il existe des démarches que tout propriétaire de véhicule doit entreprendre. Restez avec nous pour comprendre comment assurer son véhicule après un accident.

L’assurance automobile : qu’est-ce-que c’est ?

Faite sur la base d’un contrat entre le propriétaire d’un véhicule et une société ayant les compétences pour exercer ce rôle, l’assurance est un ensemble de démarches visant à couvrir les dommages causés en cas d’accident. Elle est obligatoire pour tout propriétaire de véhicule et sa principale fonction est de prévoir l’indemnisation des dommages pouvant être causés à /ou par un tiers au /ou par le conducteur. Il sert également à couvrir les frais engendrés en cas de dommages corporels ou de dégâts matériels. Il faut souligner que ne pas y souscrire est dans certains pays passible de répréhensions par la loi. Ainsi donc, pour assurer son véhicule après un accident, il faut avoir au préalable souscrit à une assurance automobile.

Comment couvre-t-elle le véhicule après l’accident ?

En effet, lorsque votre véhicule se retrouve après la souscription à l’assurance dans une situation accidentée, il subit ce qu’on appelle un rapport d’expertise afin de déterminer sa condition. Lorsque ledit rapport le déclare réparable ou non, l’assureur formule une offre de rachat. Vous avez ainsi le choix entre céder votre véhicule à l’assureur, procédé à une levée d’opposition ou refuser la cession.

  • La cession du véhicule

Elle doit se faire dans un délai de trente jours par le biais d’un certificat que vous mettrez au nom de l’assureur. dispose de 30 jours pour faire part à l‘assureur de sa décision de lui vendre ou non son véhicule.

  • Le refus de cession

Dans le cas où vous souhaitez garder votre véhicule, vous pouvez émettre un refus de cession. Cette procédure permettra à votre assureur d’empêcher que le véhicule ne soit céder à un particulier

  • La levée de l’opposition

Cette troisième option vous permet de remettre en cause la décision du rapport d’expertise effectué par votre assureur et d’en prouver à vos frais les insuffisances. Le nouveau rapport d’expertise devra certifier que les réparations relatives à la réparation ont été réalisées par un professionnel et que l’auto peut effectivement circuler en toute sécurité.